Familles d'oiseaux

Badger Warbler / Acrocephalus schoenobaenus

Pin
Send
Share
Send
Send


Nom russe "blaireau"- folk, donné fauvette par quelque ressemblance de sa tête rayée à la tête d'un blaireau.

Dimensions et structure... Le premier volant est plus court que les couvertures de brosse. 2ème entre le 3ème et le 4ème, le 3ème plus long avec une bande extérieure effilée. La longueur du corps des mâles (50) 125-155, des femelles (20) 122-150, en moyenne 142,5 et 139,4 mm, l'envergure des mâles (49) 194-227, des femelles (20) 190-210, en moyenne 207 et 199 mm, longueur des ailes des mâles (50) 62-74, femelles (37) 59,5-71,0, en moyenne 66,1 et 64,1 mm, longueur de la queue des mâles et des femelles 51-56,5 mm, bec 14,5-16 mm, poids des mâles ( 26) 11-15, femmes (8) 10,2-12,8, en moyenne 12,84 et 11,33 g

Coloration... Un adulte paruline blaireau en tenue de printemps. La coloration générale de la face dorsale est brunâtre, avec des taches brun noirâtre sur le tronc disparaissant sur la longe et les couvertures supérieures de la queue. Les taches sombres du tronc de la tête sont parfois disposées en rangées longitudinales, plus larges sur les côtés. Les rayures sourcilières sont chamoisées. La bride et les couvertures auriculaires sont plus foncées que les plumes environnantes. Les plumes de vol et les plumes de la queue sont brunâtres avec des extrémités grisâtres et des bords brun rougeâtre des toiles externes. La face ventrale est argileuse jaunâtre avec des côtés plus foncés. Axillaire blanchâtre ou avec une teinte d'argile jaune. Les couvertures sous les ailes sont gris argenté clair avec des marges argileuses blanchâtres. Le bec est brunâtre-corné. La base de la mandibule est jaune rosé. Les pattes sont gris bleuâtre, les semelles sont jaune sale. Les ongles sont noirs. Les yeux sont brun grisâtre. Dans une tenue d'été minable, la face supérieure semble plus terne, tandis que la partie inférieure devient plus légère. Dans le plumage d'automne, la couleur de l'oiseau est plus brillante que dans le plumage de printemps, ce qui est le plus visible dans les rayures sourcilières et sur la face ventrale du corps. Les jeunes oiseaux dans le premier plumage d'automne sont similaires aux adultes en plumage d'automne, mais ils ont des taches sombres sur les côtés de la gorge et sur le devant du cou.

Zone... Europe et Asie de la Grande-Bretagne, des péninsules scandinaves et ibériques à la partie polaire du Yenisei et de l'Altaï. Nord jusqu'à 70 ° N. sh. en Norvège, à Tuloma sur la péninsule de Kola, au Mezen, toundra de Timan, au pied de Peda dans le nord de l'Oural (Portenko, 1937), à 67 ° 30 'N. sh. sur l'Ob, jusqu'à la rivière. Shchuchya dans le sud de Yamal et jusqu'à 70 ° N. sh. sur le Yenisei. La frontière orientale longe le Yenisei jusqu'au bassin d'Eloguy, passe entre le Yenisei et l'Ob à Barnaul puis le long de l'Altaï jusqu'à la dépression de Zaisan. Au sud, il s'étend aux régions méridionales de l'Espagne, de la France, de l'Italie (mais absente dans la vallée du Pô), du nord de la Grèce (mais pas de la Macédoine, Makach, 1950), de la Bulgarie, de la Roumanie, des régions du sud de l'Ukraine, de la Crimée, de la Ciscaucasie Transcaucasie, Erzurum vilayet de Turquie (Nesterov, 1911), Gilyan et Mazanderan en Iran, puis vers les cours inférieurs de la Volga et de l'Oural, les régions désertiques occidentales, centrales et du Kazakhstan, de la Volga à l'Aral, le cours inférieur de l'Amu Darya, le long du Syr Darya jusqu'à Tachkent (Severtsov, 1872), jusqu'au nord de Balkhash et Zaisana (Dolgushin, 1948). Hivers en Afrique orientale et centrale, des côtes de la mer Rouge au Cameroun et au Natal (Grotte, 1930). La migration se produit en Afrique du Nord, en Asie occidentale, en Asie centrale et en Arabie.

Nature du séjour... En URSS, la fauvette blaireau est un oiseau migrateur et nicheur d'été.

Habitat... La fauvette blaireau s'installe parmi la végétation amphibie et occupe des fourrés de roseaux, de laîches, de prêles ou de saules le long des berges des rivières, des arcs à bœufs, des lacs, des mers, des marais et des étangs. Il niche également dans des jardins négligés avec des étangs, sur des carrières envahies de tourbières, le long de dépressions steppiques en forme de soucoupe bosselée avec de l'eau, dans les Carpates, le long de dépressions herbacées marécageuses humides (Strautman), dans la Crimée et le Caucase, le long de les ruisseaux de montagne herbeux, ainsi que les champs d'orge (Menzbier, 1895). Dans les régions du nord-ouest de l'URSS, il occupe les mêmes endroits que le bruant des marais (Kumari), et dans les steppes du Kazakhstan, il niche souvent avec des bergeronnettes jaunes. Pendant le temps de vol, il est courant dans les fourrés de roseaux (Scirpus lacustris), dans lequel il ne se niche pas du tout. En automne, on le trouve dans les champs de pommes de terre, le chanvre et les potagers, où il se garde parfois avec la fauvette grise et la menthe des prés (Fedyushin, 1928).

Nombre... Le blaireau est un oiseau ordinaire dans de nombreuses régions de l'URSS, atteignant le plus grand nombre dans les endroits où de petits réservoirs, bordés de végétation amphibie, sont répartis sur de vastes zones. Aux confins nord de l'aire de répartition, il est sporadique dans la région de Kama (Vorontsov, 1949), rare dans les cours inférieurs de l'Ob et dans le sud du Yamal (Choukhov, 1915). Dans la région de Stalingrad, dans la sylviculture expérimentale de Valuisky, il y a deux couples nicheurs pour 30 000 m 2 de fourrés de roseaux (Yudin, 1952).

la reproduction... La graisse et l'état des testicules apparus dans les lieux de nidification des blaireaux sont différents, ces derniers sont généralement légèrement agrandis. Peu de temps après leur arrivée, les mâles commencent à chanter et les couples se forment. Là où les blaireaux sont un phénomène courant, leurs nids sont situés à de courtes distances les uns des autres. Dans la vallée d'Oka, par exemple, le nid était à 70 m du nid (russe). Le nid est construit non loin de l'eau, au-dessus d'un sol humide, rarement au-dessus de l'eau peu profonde dans de petits roseaux, dans des touffes de carex, dans de hautes herbes denses ou dans des saules, ou directement près du sol, ou à une hauteur de 10 à 30 cm au-dessus il. Les nids des fauvettes blaireau sont en forme de coupe ou cylindriques. Les premiers sont plus courants et sont toujours situés au-dessus du sol. Bien que leur structure soit complexe, on peut encore y distinguer trois couches: 1) une couche externe lâche et épaississante de mousse, des tiges sèches et des feuilles d'herbes et de carex de l'année dernière au fond, parmi lesquelles parfois des toiles d'araignées sont tissées, ainsi que cocons et ailes de papillons, 2) une couche intérieure dense de tiges et de feuilles de céréales minces et délicates; et 3) la couche intérieure la plus durable, qui est en fait la doublure intérieure du nid et se compose de fines herbes délicates, tiges ou délicates haches de fleurs de céréales et autres plantes des marais, sur lesquelles des crins de cheval sont parfois tissés. Les nids cylindriques sont beaucoup moins courants et, de plus, presque toujours au-dessus de l'eau. Ils sont également à trois couches, leurs parois extérieures sont construites à partir de fins sommets de quenouilles et de feuilles de céréales, la couche intermédiaire est constituée de tiges et de haches de fleurs de céréales, la couche intérieure est solide et mince, tissée à partir de feuilles trempées et de tiges délicates de céréales (Zarudny, 1888). Les tiges de plantes herbacées et de branches de saule, parmi lesquelles le nid est placé, sont soit tissées dans ses murs, soit seulement attenantes, mais même dans ce cas, au bord du plateau, elles sont fermement liées avec des matériaux de construction à l'extérieur couche du nid, qui s'avère ainsi bien renforcée.

Les dimensions des nids du premier type: diamètre du nid 85-120, hauteur 41-80, diamètre du plateau 47,5-80, profondeur du plateau 31-50 mm. Nids du second type aux parois plus épaisses, ils sont beaucoup plus larges et plus grands: leur diamètre est de 100-155, hauteur 120, diamètre du plateau 50, profondeur du plateau 55 mm (Zarudny, 1888). Portée de 4-6 œufs sableux-grisâtres clairs recouverts de taches, selon la nature de leur emplacement et l'intensité de la couleur, on distingue deux types d'œufs: 1) des œufs avec des taches brunes jaunâtres indistinctes et 2) des œufs avec des taches rougeâtres ou foncées prononcées -taches brunes. Sur les œufs des deux types, des lignes noires ou claires, des tirets et des boucles sont toujours visibles. Dans certains cas, les taches recouvrant l'œuf s'épaississent tellement vers son extrémité émoussée qu'elles recouvrent complètement la couleur principale de la coquille. Dimensions: (16) 18-19x13,5-14,5, moyenne 18,3x14 mm (Gebel, 1879).

Mue... Deux mues complètes par an - automne, post-reproduction en juillet-août et printemps prénuptial en janvier-avril. Chez les juvéniles, un changement du plumage de nidification (le plumage partiel et petit est remplacé, mais pas le plumage du vol et de la queue) entre juillet et septembre (Wiserby, 1938).

Aliments... Insectes, que l'on trouve sur la végétation amphibie, à l'automne et ailleurs.

Signes et comportement sur le terrain... Le blaireau est une petite fauvette brunâtre dessus, jaunâtre dessous, immédiatement reconnaissable aux rayures noires qui courent sur toute la tête. Son appel sonne comme "chr. Chr. Chr" ou "charr". On entend parfois le doux «fuit-kli-kli» ou «pin-pin-chr-chr-chr» (Promptov, 1949). Lorsqu'il a peur, l'oiseau émet une gueule de claquement spéciale. La chanson, bien que mélodique, est remplie de sons grinçants et de syllabes empruntées à d'autres oiseaux. Il est chanté à la hâte, patter et peut être rendu comme "tiri-tiri-tiri-tere-tere-tere. Chip. Chip. Chip. Tr-tr-tr. Kli-lili-lil. Chi. Chi. Tere", aussi se compose d'un certain nombre d'autres syllabes, répétées dans différents modes (Promptov, 1949) et séparées par des pauses. Les genoux séparés de la chanson se terminent par un cri invitant. Au début, à l'arrivée, ils chantent peu, mais au plus fort de la saison des amours, des chants se font entendre 24 heures sur 24, et le mâle chante particulièrement avec zèle à l'aube. Le vol d'accouplement, les jeux sont associés au chant du mâle. En chantant sur une branche qui dépasse au-dessus du reste ou sur le dessus du roseau, le mâle la casse, s'envole en oblique dans les airs, bat des ailes, continue de chanter, puis, s'étant levé à une petite hauteur , descend obliquement, repliant ses ailes sur son dos, puis se planifie et se rassoit sur le sommet du roseau ou sur une brindille particulièrement haute. Le chant est entendu jusqu'à mi-juillet-début août.

Les oiseaux adultes sont extrêmement prudents et passent toute la journée dans l'épaisseur des fourrés herbeux, ne grimpant qu'occasionnellement pour s'y cacher immédiatement. Mais pendant la saison des amours, le mâle trahit sa présence avec une chanson et à ce moment le laisse monter jusqu'à 20-15 m, puis disparaît silencieusement dans le fourré herbeux ou s'envole à une distance assez considérable. Même au milieu de la saison des amours, la femelle ne peut pas être vue, car à l'approche du nid, elle parvient à se faufiler dans l'herbe à l'avance et à s'y cacher sans laisser de trace. De plus, elle ne pousse aucun cri en même temps.

Les jeunes sont extrêmement confiants et non seulement les laissent se rapprocher d'eux-mêmes, mais ils sortent même des fourrés et s'approchent parfois eux-mêmes de la personne avec toute la couvée et l'examinent. À la fin de l'été et au début de l'automne, les jeunes oiseaux entreprennent d'importantes migrations et, errant seuls, grimpent dans les plantations de céréales, d'avoine et de pois de printemps et d'hiver, parfois à plusieurs kilomètres de leurs lieux d'éclosion. Mais la plupart des jeunes errent encore dans les habitats caractéristiques des blaireaux.

Source: Oiseaux de l'Union soviétique. G. P. Dementyev, N. A. Gladkov, K. N. Blagosklonov, I. B. Volchanetsky, R. N. Mecklenburtsev, E. S. Tushenko, A. K. Rustamov, E. P. Spangenberg, A. M. Sudilovskaya et B.K.Stegman. Moscou, 1954

NOMS DRÔLES

Cet oiseau a également d'autres noms inhabituels. On l'appelle non seulement le blaireau-fauvette, mais aussi le cornouiller et le cracker de roseau. Ce dernier nom est associé aux sons caractéristiques des fauvettes: leur chant ressemble à un son crépitant, constitué d'une variété de syllabes se répétant rapidement. Comme beaucoup d'autres fauvettes, celle-ci est un bon imitateur. Dans son twister de langue, elle tisse adroitement des fragments trouvés dans le chant d'autres oiseaux, comme des hirondelles ou des mésanges. De toute évidence, la fauvette a reçu le nom de «cornouiller» pour sa dépendance aux baies de cet arbuste.

CHANSONS DANS LA MAISON

La fauvette blaireau niche dans presque toute l'Europe et à l'est - dans le Yenisei et le nord du Kazakhstan. Les oiseaux reviennent d'hivernage en Afrique du Nord et en Asie mineure en avril. Pour regagner leurs sites de nidification, les fauvettes doivent parcourir plusieurs milliers de kilomètres. Les parulines migrent principalement la nuit, se rassemblant en petits groupes.

Peu de temps après son retour, le cracker de roseaux commence à chanter, sans s'arrêter 24 heures sur 24. Habituellement, ces oiseaux mènent un style de vie plutôt secret, mais lors de la formation des couples, le mâle perd sa prudence inhérente et sort de l'herbe épaisse vers des endroits plus ouverts afin que son chant d'appel puisse être mieux entendu par le futur partenaire. La chanson est accompagnée d'un vol de danse actuel spécial. La fauvette blaireau décolle soudainement en diagonale vers le haut, atteignant sa hauteur maximale, bat des ailes, puis descend, les repliant derrière son dos, s'assoit sur une branche ou au sommet d'un roseau. Bientôt, les actions sont répétées à nouveau.

BOL PARMI LES TIGES

Les oiseaux s'installent généralement en de nombreux groupes et les nids de chaque couple sont situés à proximité les uns des autres. Les fauvettes construisent un nid dans des endroits humides près des plans d'eau et parfois construisent juste au-dessus de l'eau, en les plaçant sur des tiges de carex ou de roseau.

Les ornithologues ont découvert que les fauvettes blaireaux choisissent l'une des deux formes de leur structure: en forme de coupe ou cylindrique. Le nid du premier type est plus commun et est toujours situé au-dessus du sol. La couche externe est constituée de mousse, les tiges de plantes aquatiques de l'année dernière. Souvent, les fauvettes utilisent également des éléments inhabituels tels que des toiles d'araignées, des ailes ou des cocons de papillons. La couche intermédiaire contient des tiges et des feuilles de céréales. La couche intérieure est la plus durable. Pour sa construction, les oiseaux collectent des plantes aquatiques et des céréales, entrelacent étroitement tous les composants. Parfois, les fauvettes fixent tous les matériaux de construction avec du crin de cheval. Dans ce cas, le nid est particulièrement solide. À l'intérieur, les propriétaires le tapissent de peluches, de parties molles de plantes, de mousse. Les nids cylindriques sont beaucoup moins courants. Ils sont un peu plus grands et plus larges que ceux en coupe et ne sont pas situés au-dessus du sol, mais au-dessus de l'eau.

SOUS L'AILE DES PARENTS

La femelle pond des œufs de la fin du printemps au milieu de l'été. Habituellement, il y a 4 à 6 œufs gris sable dans une couvée. La coquille est couverte de nombreuses taches de teinte rougeâtre ou jaune-brun. Souvent, les taches recouvrent la surface de l'œuf si densément que la couleur principale devient invisible.

Les fauvettes-blaireaux peuvent se reproduire non pas une, mais deux fois par an. L'incubation dure environ deux semaines, pendant lesquelles seule la femelle incube les poussins, et le mâle est à proximité, continuant à chanter. Cependant, on pense que les parents alternent entre eux. Le nid est bien camouflé et pas facile à trouver. Mais sa proximité trahit le comportement inquiétant des oiseaux, qui volent très près du fauteur de troubles.

Les poussins éclosent nus, aveugles et complètement impuissants. Mais ils grandissent rapidement et après 10 à 12 jours, ils quittent le nid et commencent à se nourrir seuls. Les couvées restent longtemps sous la garde de leurs parents, errant avec eux. La famille entière se déplace souvent vers le champ le plus proche et vit en toute sécurité parmi le blé, le seigle, l'orge ou le riz jusqu'à la récolte même.

CHASSE SILENCIEUSE DANS LE BRUN

Comme la plupart des autres représentants de son genre, la fauvette blaireau se nourrit principalement d'insectes et de leurs larves: mouches caddis, éphémères, pucerons, petits coléoptères et libellules, cependant, d'autres invertébrés, tels que les mollusques, sont souvent présents dans leur alimentation. Chassant parmi les buissons ou les fourrés herbeux, les oiseaux se déplacent presque silencieusement. À la fin de l'été, ils se régalent aussi souvent des baies juteuses des arbustes poussant le long des berges.

FAITS INTÉRESSANTS

Les fauvettes fixent fermement les nids aux tiges de carex ou se serrent entre elles. Le nid est si bien ancré et son plateau est si profond que les œufs qu'il contient ne tombent pas même par vent fort lorsque les tiges se balancent.

Trilles de printemps

À partir de l'hivernage, la paruline revient généralement à la mi-avril, commençant à créer activement des couples et à se préparer à l'apparition de la progéniture. L'oiseau mâle utilise activement ses capacités vocales pour attirer la femelle. Après l'accouplement, ils ne se quittent pas tout au long de la saison, mais les principales responsabilités en matière d'incubation des œufs incombent principalement à la femelle. Les oiseaux construisent leur nid à faible hauteur, sans se soucier de le protéger des prédateurs, environ 25% de la couvée meurt chaque année. De petites brindilles, de la mousse et des toiles d'araignées, qui sont collectées près des plans d'eau, sont utilisées comme matériaux de construction.

Les paires de blaireaux sont généralement situées à une distance de 50 à 70 mètres les unes des autres. Ces merveilleuses créatures ont besoin de rester constamment dans le troupeau et passent la plupart de leur temps ensemble. Les poussins éclosent 12 à 14 jours après la ponte, et la plupart des soins pour eux incombent à la femelle.Pendant longtemps, les oiseaux difficiles ne quittent pas leurs nids, leur rendant visite même en cas d'absence.

Népotisme

Le régime alimentaire des oiseaux ne se compose pas uniquement de céréales et de graines de petites plantes. Ils chassent activement les petits insectes, se nourrissent de l'écorce des arbres et parviennent parfois à se régaler de petits mollusques.

Mue et plumage

Les parulines aiment beaucoup la chaleur, elles se préparent donc toujours de manière responsable pour la période d'hivernage. Pendant la saison chaude, ils muent deux fois: au printemps, une mue prénuptiale se produit, conçue pour rendre le plumage plus brillant et plus attrayant pour un partenaire potentiel. Le plumage change pour la deuxième fois en août, avant un départ rapide vers les régions plus chaudes.

Les poussins changent de plumage de nidification peu de temps après le début des vols indépendants. Le duvet et les petites plumes sont remplacés par une couleur permanente, ce qui indique que l'oiseau grandit.

Se préparer pour l'hiver

Déjà à la mi-septembre, les oiseaux commencent à se rassembler en groupes pour un départ rapide vers les régions chaudes. De rares représentants de blaireaux se trouvent au début d'octobre, mais cela n'est possible que pendant l'automne chaud.

Les oiseaux volent par intermittence, car les longs voyages sont difficiles pour eux en raison de leur affaiblissement rapide. Ils passent la saison froide dans les pays européens au climat doux en l'absence de baisses de température.

Interaction avec les gens

Les fauvettes sont des créatures très épris de liberté, elles ne peuvent donc pas survivre à la maison. Être dans une cage les transforme en agressifs et arrête de chanter des individus.

Avec un danger visible et l'approche possible des personnes, les oiseaux essaient de se cacher dans des fourrés denses. Les individus rapides et agiles parviennent à se déguiser grâce à un plumage indescriptible, fusionnant avec des branches et des roseaux. Et ce n'est que pendant la période des jeux d'accouplement qu'ils perdent leur vigilance, apparaissant souvent dans des zones ouvertes. Voulant attirer l'attention sur eux-mêmes, les hommes annoncent non seulement le territoire avec des chants forts, mais exécutent également des pirouettes dans les airs, volant à basse altitude au-dessus du sol.

Faits intéressants

Les mâles peuvent facilement faire plusieurs choses en même temps. Par exemple, il ne leur sera pas difficile de s'effondrer en trilles inhabituelles en mangeant. Dans le même temps, la qualité de la chanson unique ne se détériore ni ne se calme.

Seuls les ornithologues professionnels pourront distinguer les blaireaux des moineaux ordinaires par une certaine couleur de la tête. Il n'est visible que chez les mâles, tandis que les petites femelles complètement grises semblent complètement discrètes.

Les scientifiques connaissent l'existence d'environ 10 sous-espèces d'oiseaux qui habitent le même territoire tout au long de leur vie. En dehors de ses frontières, ils ne se rencontrent pas, ne se gardant que dans un seul troupeau.

Caractéristiques de la morphologie

Longueur du corps - 13–15 cm Le haut du corps et la tête sont brunâtres avec des stries longitudinales foncées. Il y a un large "sourcil" jaunâtre au-dessus de l'œil. Le fond est jaunâtre-chamoisé avec des côtés plus foncés. Les plus jeunes sont plus roux avec de petites taches sombres sur la récolte.

Caractéristiques de la biologie

Nidification d'espèces migratrices et de passage. On le trouve dans les fourrés de roseaux et d'arbustes le long des rives des plans d'eau, où il se conserve très secrètement. Très rare dans la nidification - connu uniquement à partir de relevés uniques fiables. Apparaît dans le biotope de nidification dans la seconde quinzaine d'avril. Le nid est situé sur le sol ou pas haut (10–20 cm) au-dessus du sol ou au-dessus de l'eau. La ponte commence dans la première quinzaine de mai; le seul nid trouvé en Crimée contenait 5 œufs. Les deux partenaires incubent pendant environ 2 semaines, les poussins quittent le nid à l'âge de 10 à 12 jours. Les jeunes volants sont trouvés en juillet. Pendant les périodes de migration (avril - première quinzaine de mai et août - octobre), les oiseaux d'autres régions sont majoritaires. Il se nourrit de petits insectes (papillons, fourmis, parasites, coléoptères et autres).

Mesures de sécurité

L'espèce est inscrite à l'Annexe II de la Convention de Berne. Des recherches sont nécessaires pour identifier de nouveaux sites de nidification, pour garder intactes les zones de végétation de roseaux sur les plans d'eau.

Sources d'information

Kostin, 1983, Beskaravayny, 2010, Tarina, Kostin, 2011.

Compilé par: Beskaravayny M. M. Une photo: Arkhipov A.M.

Pin
Send
Share
Send
Send